Peter, une vie sans école - Partie 1

in #fr3 years ago


Peter, employé et ami de mon expérience Malgache

Mon article récent sur l’école des Graines de sable dans le sud ouest Malgache, à ramené mes pensées vers mon ancien employé, devenu ami, Peter. J’avais déjà écris un article sur lui il y a quelques mois pour expliquer certains points de sa culture. Ce n’est pas d’écrire qui m’a fait penser à lui, je n’ai jamais oublié Peter. Je cherche et envoie des nouvelles chaque fois que je le peux. A travers les Graines de sable je l’ai vu enfant, imaginant ce qu’aurait pu être sa vie s’il avait eu cette chance éducative à son époque. Cela m’amène irrésistiblement, à défaut de pouvoir lui écrire directement, à parler un peu de lui me donnant l’illusion de revivre un peu certains bons moments passés ensemble.

* * * * *

Une enfance probablement heureuse

Peter est né au bord de l’océan, sur les rives du canal de Mozambique pour être précis, dans une région isolée de sud ouest Malgache. Son père avait trouvé un emploi de gardien pour un terrain acheté par un Français vivant á la Réunion. Le terrain, en bord de lagon, est magnifique mais extrêmement isolé. Le Réunionnais ne s’y montrait que de rares fois dans l’année pour quelques jours de vacances. Le travail n’était pas très intense, somme toute il n’y avait pas grand-chose à garder. La famille s’est donc installée là, venant d’ethnies différentes ils ont malgré tout été petit à petit acceptés.

C’est là, sur cette plage, qu’ils ont construit leur petite hutte de paille, pas loin de la petite maison de bois que s’était faite bâtir leur patron. Maison qu’ils surveillaient et qu’ils pouvaient d’ailleurs utiliser librement en son absence. Ils ont du y être heureux sur leur plage et dans leur travail car ils y ont fait 9 enfants, sans hôpitaux, sans sage femme ou docteur. Par chance tout s’est bien passé et tout ce petit monde a grandit en bonne santé. L’histoire ne dit pas combien d’accouchements pour 9 enfants vivants mais peu importe, pour l’endroit on pouvait les considérer comme très chanceux.

Grâce à un peu de famille à Tuléar, la ville la plus proche, probablement grâce à l’aide financière de son patron et à quelques talents de guérisseur que le père de Peter avait développé je ne sais trop comment, les parents envoyaient leurs enfants à l’école. Chose suffisamment rare dans ces contrées pour être soulignée. Evidemment le suivi était lointain, la pédagogie avait ses failles, les absences nombreuses, mais, bon an mal an tous les enfants du couple ont fréquentés l’école. Pour cela ils devaient quitter la famille vers 6 ou 7 ans pour s’installer à Tuléar. Bien qu’à seulement 40 kilomètres à vol d’oiseau, ils ne pouvaient revenir que pour les grandes vacances.

Peter était le troisième né, mais également le premier garçon. Cela lui conférait une responsabilité et un statut un peu différent. Partis à Tuléar vers 7 ans il a du rentrer seconder son père à l´âge de 11 ou 12 ans. Sa scolarité, si l’on peu dire, s’est résumée à 3 ou 4 ans. Peter ne savait de fait pas lire ou écrire. Qui l’aurait pu dans ces conditions ? Par contre il est devenu débrouillard, il a fait tout les petits boulots au fil des opportunités ou des nécessités. Il a planté avec son père, bricolé sur le terrain, pêché avec les Vezo, une des ethnies principales de la région …

Sa nature ouverte, ses capacités physiques lui ont permis de s’adapter facilement à cette vie. Le temps passait rapidement. A chaque jour sa peine, ses petites joies et ses difficultés. L’enfance a cette vertu qui fait que l’on se sent bien partout. J’ai souvent était surpris par ce phénomène en discutant avec des Africains adultes qui avaient vécu leur enfance dans des conditions particulièrement dures mais qui en gardaient un souvenir ému. Peter a traversé ses 16 premières années de vie ainsi, fier d’aider sa famille, heureux de découvrir sa vie. Il se sentait Vezo mais pour autant qu’il ait été éduqué entre eux, il ne l’était pas de sang. Je ne sais pas si cela était un problème pour lui mais je pense qu’il aurait aimé être reconnu comme un pêcheur, statut social élevé sur cette côte.

Une rencontre imprévue

C’est vers ces 17 ans qu’il a vu, un beau matin, un petit blanc commencer à construire sa maison de bois sur un terrain voisin au sien. Curieux et ouvert de nature, Peter est passé chaque jour, regarder, aider, discuter un peu. Il parlait peu Français et le petit blanc, moi- même en l’occurrence, n’avait aucune idée du Malgache, encore moins des dialectes du sud. Pourtant, au fil des jours et des difficultés d’installation, Peter est devenu un gars que l’on aimait voir arriver. Toujours souriant, jamais désespéré devant un problème, il avait toujours une solution à proposer et à essayer.

Perdus sur une plage il y a beaucoup plus de tâches á effectuer, juste pour faire face à la vie quotidienne, que l’on se l’imagine. C’est naturellement que nous avons proposé à Peter de travailler pour nous. Sans tâche particulière, il faisait partie de la maison. Il n’attendait visiblement que cette proposition et acceptait deux secondes plus tard. Nous lui avons fait confiance immédiatement et n’avons jamais eu à nous en repentir. Ma femme lui a donné quelques cours de Français et nous développions, sans vraiment le vouloir, notre propre mode de compréhension, composé d’un savant mélange de mots Français, Malgaches, Vezo et de l’habitude d’être ensemble.

* * * * *

C’est ainsi qu’à commencer notre histoire commune qui devait durer trois ans, la durée de notre séjour à Madagascar. Une tranche de vie que Peter a largement contribué à rendre inoubliable. Une expérience enrichissante à de nombreux niveaux mais ce n’est pas notre histoire sinon celle de Peter que je finirai de conter dans le prochain article.


Sort:  

Félicitations ! Votre post a été sélectionné de part sa qualité et upvoté par le trail de curation de @aidefr !

La catégorie du jour était : #voyage


Si vous voulez aider le projet, vous pouvez rejoindre le trail de curation ici!

Bonne continuation !

@fr-stars supporte tous les projets de curation francophones. Nous avons soutenu ce post via notre partenariat avec @aidefr.
Rendez-vous sur notre serveur Discord pour plus d'informations.


Congratulations @terresco!
You raised your level and are now a Minnow!

Do you like SteemitBoard's project? Then Vote for its witness and get one more award!

Une belle tranche de vie très bien mise en valeur ici ! Upvoté à 100% !

Congratulations @terresco! You have completed the following achievement on Steemit and have been rewarded with new badge(s) :

Award for the number of upvotes

Click on the badge to view your Board of Honor.
If you no longer want to receive notifications, reply to this comment with the word STOP

Do you like SteemitBoard's project? Then Vote for its witness and get one more award!

Hâte de lire là suite ! :)

Merci, ça y est la suite est publiée ce matin @aerithe77 : https://busy.org/@terresco/peter-une-vie-sans-ecole

Oui j'ai vu qu'après ^^

upvote et resteem.

Coin Marketplace

STEEM 0.45
TRX 0.06
JST 0.045
BTC 39406.94
ETH 2298.33
USDT 1.00
SBD 6.83